Bienvenue sur notre page officiel, des avertissements contre toutes les arnaques qui ont était d’actualités dernièrement. Cette page et dédier à vous prévenir sur tout les types d’arnaques susceptible à vous contactez soient par téléphone ou par e-mail.

Le dirigeant de SIDL CORPORATION et donc en attente sur la création d’une association spécialisé dans la prévention des arnaques qui auront pour but de prévenir en avance tout les utilisateurs d’un smartphone ayant accès à l’utilisation des données cellulaires et aux applications dédier au traitement d’un e-mail.

Voici une liste ci-dessous des arnaques potentiel qui peuvent entrer en contact ou même tenter de vous arnaquer ainsi qu’une liste des arnaques possible.

Nous souhaitons ainsi vous avertir que tout lien sur cette page sont des redirection vers les site gouvernementale dont nos lien sont des site officiel du gouvernement.

ARNAQUE N° 1 : Courriels pour de fausses convocations judiciaires.

Comme expliquez dans l’actualité sur notre site via l’article ci-dessous

⚠ ATTENTION ! DES ARNAQUES PEUVENT VOUS FAIRE PERDRE BEAUCOUP D’ARGENT…

Des milliers d’internautes ont déjà reçu des courriels les informant d’une convocation judiciaire et les incitant à payer une amende. 

Cette arnaque et généralement envoyer par e-mail.

« Rares sont les personnes à ne pas avoir reçu ce mail » concède le capitaine Bogé, du COMCyberGEND, le commandement de la gendarmerie en matière de cyberespace. L’arnaque est d’ampleur et a débuté il y a plusieurs mois.

Le mail reçu par des milliers de personnes est souvent signé du directeur général de la gendarmerie nationale, le général Christian Rodriguez. Il mentionne que le destinataire fait l’objet d’une convocation par officier de police judiciaire, notamment pour visualisation d’images pédopornographiques.

Toutefois, dans un souci de confidentialité​, précise le texte, le destinataire est prié de faire entendre par mail ​ses justifications. Et ce, dans un délai de 72 heures, au-delà duquel un rapport sera transmis à la procureure de Versailles, la personne figurera dans le fichier des délinquants sexuels et le dossier sera transmis aux associations de lutte contre la pédophilie et aux médias… Rien que ça !

10 % de personnes escroquées

Objectif des fraudeurs : faire payer une amende aux destinataires. Les auteurs jouent avec les réactions humaines : la peur, le respect des lois et des autorités, le qu’en-dira-t-on…​, relève le capitaine Bogé.

Or, cette arnaque fonctionne sur environ 10 % ​des destinataires. Ces derniers finissent par payer une somme variable, le plus souvent d’environ 250 €. Les fraudeurs leur demandent, notamment, de régler la somme par coupons PCS, achetés chez un buraliste, qui permettent aux arnaqueurs de créditer des cartes, puis de retirer l’argent dans des distributeurs à l’étranger.

Si l’arnaque atteint une telle ampleur, c’est que les escrocs ont probablement acheté sur le darknet des milliers d’adresses mail. Pour 350 dollars, vous pouvez obtenir plusieurs centaines de milliers d’adresses. La donnée informatique, que ce soient des adresses, des informations de santé, est un marché, rappelle le COMCyberGEND.

Les fraudeurs ont également évité de mener une campagne de phishing (hameçonnage) longue et facilement repérable par les forces de l’ordre, mais ont procédé par le biais de plusieurs campagnes courtes. Et ce, pour tenter de contourner les messages d’avertissement lancés par les gendarmes lorsqu’ils repèrent une telle escroquerie.

Les indices d’une arnaque

Alors, comment ne pas se faire piéger ? Quelques détails simples permettent déjà de repérer l’arnaque. Premièrement, il est tout à fait improbable que le directeur général de la gendarmerie nationale, qui dirige plus de 100 000 militaires, adresse personnellement une convocation judiciaire à un internaute.

Par ailleurs, la pédopornographie constitue un délit et aboutit le plus souvent devant un tribunal correctionnel, après examen par le procureur ou un juge d’instruction. Mais en aucun cas, cela ne se règle par une amende​, prévient le capitaine Bogé.

Autres indices : le courrier reçu, souvent, n’est pas daté. Il emploie des expressions que n’utilisent pas les forces de l’ordre, telles que : Vous êtes prié de vous faire entendre par mail…

Face à cette arnaque, le COMCyberGEND conseille donc le silence, la prudence et la suppression​. Autrement dit, de ne jamais répondre à ces mails, de ne pas cliquer dessus et de les supprimer. Le ministère de l’Intérieur rappelle également qu’il est possible de déposer un signalement sur www.cybermalveillance.gouv.fr et à l’adresse mail fraude-bretic@interieur.gouv.fr

Une enquête est, actuellement, en cours pour retrouver les auteurs de cette arnaque, en lien avec Europol. Dans le monde, la fraude par cybercriminalité atteint 168 331 dollars par seconde.

ARNAQUE N° 2 : L’arnaque à Mon Compte Formation (CPF).

Comment signaler une escroquerie sur Mon Compte Formation ?

L’arnaque à Mon Compte Formation (CPF) démarre généralement par un appel téléphonique, l’envoi d’un mail ou d’un sms, d’une personne prétendant appartenir à la plateforme « Mon Compte Formation » ou à un autre organisme. 

L’escroc vous demande votre numéro de sécurité sociale pour accéder à votre compte formation. Il peut également demander votre mot de passe ou bien créer directement un compte par téléphone avec vous. Une fois la connexion effectuée, il peut vous inscrire avec ou sans votre consentement, à une formation factice ou frauduleuse.

Dans certains cas, l’escroc connaît déjà vos nom, prénom et numéro de sécurité sociale. Vous découvrez alors une inscription à une formation à votre insu en vous connectant à votre compte formation.

Il vous est aussi peut-être arrivé de recevoir des appels téléphoniques vous proposant des offres de formation. Si le démarchage téléphonique n’est pas une pratique illégale, sachez cependant que ni la Caisse des Dépôts ni aucune autre autorité publique ne vous proposera de souscrire à une offre. En cas de doute ou de démarchage insistant voire agressif nous vous conseillons de ne pas donner suite.

Je suis victime d’une escroquerie que dois-je faire ?

Vous êtes victime d’une escroquerie si :

  • Vous avez été inscrit à une formation à votre insu
  • Vous n’arrivez plus à vous connecter et pensez avoir été piraté
  • Vous avez communiqué votre identité et votre numéro de sécurité sociale à un organisme suspect

Qui contacter ?

Vous avez été victime d’une escroquerie, renseignez le formulaire et joignez-le impérativement  à votre demande, en cliquant sur le bouton signalement :

Signalement

Vous pouvez ainsi vous inscrire sur le site de “Bloctel” comme nous l’avons publié sur notre page Facebook.

ARNAQUE N° 3 : Appels, courriels et SMS frauduleux (Ameli).

L’Assurance Maladie met en garde les assurés sociaux contre des appels téléphoniques frauduleux et contre l’envoi de courriels et de SMS frauduleux. Soyez vigilant ! Comment reconnaître ces sollicitations ? Quels sont les bons réflexes à adopter pour s’en protéger ? L’Assurance Maladie vous donne quelques conseils.

ATTENTION AUX APPELS TÉLÉPHONIQUES FRAUDULEUX

Des démarchages frauduleux par téléphone qui usurpent le nom de l’Assurance Maladie existent.

Par exemple, lors d’un appel téléphonique se présentant comme provenant de l’Assurance Maladie, l’émetteur de l’appel laissera un message sur votre répondeur vous demandant de rappeler votre CPAM à un numéro différent du 3646. Son but est de vous faire appeler un numéro fortement surtaxé dans le but de vous soutirer de l’argent indirectement. En aucun cas, vous ne devez y donner suite.

Nous vous rappelons que seul le 3646 (service gratuit + coût de l’appel) vous permet de joindre votre CPAM et nous vous appelons donc à la vigilance.

Bon à savoir : lorsque l’Assurance Maladie vous contacte par téléphone, le numéro de l’appelant qui s’ affiche à l’écran de votre téléphone peut être :

Votre interlocuteur de l’Assurance Maladie ne vous demandera jamais vos coordonnées bancaires (n° de compte bancaire, RIB, n° de carte bancaire…) ni aucun mot de passe, même temporaire.

ATTENTION AUX COURRIELS FRAUDULEUX

L’Assurance Maladie ne demande jamais la communication d’éléments personnels (informations médicales, numéro de sécurité sociale ou coordonnées bancaires) par e-mail en dehors de l’espace sécurisé du compte ameli. Tous les messages de ce type en dehors de l’espace du compte ameli sont des tentatives de « phishing », hameçonnage en français.

Attention, ceci est une escroquerie en ligne, en aucun cas vous ne devez y répondre !

Soyez vigilant ! Cette technique d’escroquerie en ligne est très utilisée. Les escrocs cherchent à obtenir des informations confidentielles afin de s’en servir.

Pour plus d’informations sur ce piratage et savoir comment vous en protéger : consultez le site cybermalveillance.gouv.fr.

Pour signaler un contenu illicite : connectez-vous sur le portail officiel de signalement de contenus illicites Internet-signalement.gouv.fr.

Infographie présentant le décryptage d'un courriel frauduleux (Description complète ci-après)

Lire la transcription textuelle de l’infographie

ATTENTION AUX SMS FRAUDULEUX

L’Assurance Maladie peut vous contacter par SMS. Les SMS de l’Assurance Maladie peuvent contenir des liens vers des pages d’information du site ameli.fr, ou vers le service declare.ameli.fr ou vers le compte ameli, auquel vous pouvez accéder en utilisant vos identifiants de connexion.

Mais l’Assurance Maladie ne demande jamais la communication d’éléments personnels (informations médicales, numéro de sécurité sociale ou coordonnées bancaires) par SMS. Tous les messages de ce type sont des tentatives de « smishing » (ou hameçonnage par SMS).

Pendant la crise sanitaire, les fraudes se multiplient

Dans le cadre de la crise sanitaire, l’Assurance Maladie accompagne les personnes qui doivent s’isoler et elle a fait évoluer le contact tracing, son dispositif pour rechercher les chaînes de contamination à la Covid-19. L’Assurance Maladie peut contacter les personnes positives et les personnes cas contact soit par un appel téléphonique soit par SMS. Ces SMS peuvent prendre la forme de conversation : les échanges sont guidés et la personne est invitée à répondre par SMS. Ce dispositif pourrait servir de prétexte pour des tentatives de fraudes et l’Assurance Maladie invite à la vigilance. Ses SMS ne demandent jamais la communication d’éléments personnels (informations médicales, numéro de sécurité sociale ou coordonnées bancaires).

Exemple de sms frauduleux sur un remboursement en attente de l’Assurance Maladie

Par exemple, un SMS frauduleux vous est envoyé pour vous annoncer qu’un remboursement de l’Assurance Maladie est en attente. Il vous incite à cliquer sur un lien qui renvoie directement vers un questionnaire visant notamment à recueillir vos coordonnées bancaires.

Capture d'écran d'un sms frauduleux

Attention, ceci est une escroquerie en ligne, en aucun cas vous ne devez y répondre !

Soyez vigilant ! Cette technique d’escroquerie en ligne est très utilisée. Les escrocs cherchent à obtenir des informations confidentielles afin de s’en servir.

Pour plus d’informations sur ce piratage et savoir comment vous en protéger : consultez les conseils sur le site cybermalveillance.gouv.fr.

Pour signaler un contenu illicite : connectez-vous sur le portail officiel de signalement de contenus illicites Internet-signalement.gouv.fr.

RÉSEAUX SOCIAUX : AUCUNE SOLLICITATION DE L’ASSURANCE MALADIE

Sur les réseaux sociaux, que ce soit en public ou en privé, l’Assurance Maladie n’échange jamais aucune information personnelle (numéro de Sécurité sociale, état de santé…) afin de protéger la vie privée de ses assurés et dans le respect des préconisations de la commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil).

N’hésitez pas à vous abonner au fil Twitter ou au fil LinkedIn de l’Assurance Maladie : vous y retrouverez toute notre actualité !

FranceConnect : attention aux demandes de diffusion d’informations personnelles

FranceConnect est un dispositif d’authentification mis en place par l’État. Il permet de se connecter à son compte ameli grâce à un autre de ses comptes personnels : celui du site impots.gouv.fr ou laposte.fr, par exemple. Inversement : avec les identifiants du compte ameli, il est possible de se connecter à ces comptes personnels. Le dispositif est pratique et sécurisé mais il convient de rester prudent.
L’Assurance Maladie met en garde contre de nombreuses démarches frauduleuses et notamment liées au compte formation. Des démarcheurs proposent des formations financées par le compte formation et demandent des informations personnelles (comme le numéro de sécurité sociale) pour l’inscription. Il est recommandé de ne jamais communiquer d’informations personnelles par téléphone, par SMS ou par courriel. Pour utiliser son compte formation, il existe un seul site officiel à consulter : moncompteformation.gouv.fr. L’Assurance Maladie appelle à rester attentifs aux tentatives d’escroqueries (sollicitations répétées, parrainages, offres trompeuses).

ARNAQUE N° 4 : Arnaque à la carte bancaire.

Cette nouvelle arnaque à fait la une dernièrement dont elle seras dès maintenant listé sur notre site.

S’ils sévissent via les distributeurs de billets pour piller votre argent, les escrocs tentent aussi de dérober le code secret de votre application bancaire par téléphone. Voici leur mode opératoire.

Soyez particulièrement vigilant, lorsque vous recevez des appels téléphoniques. Des malfrats s’attaquent en effet aux consommateurs par téléphone, pour tenter de dérober le code secret de votre application bancaire sécurisée. « Depuis quelques semaines, on constate une augmentation de ce type de fraude via Sécur’pass », déclare dans les colonnes de Challenges Matthieu Robin, chargé de mission banque et assurance au sein de l’UFC-Que Choisir. Selon l’Observatoire de la Sécurité des Moyens de Paiements (OSMP), ce fléau ne cesse de grandir depuis avril 2021. Leur dernier rapport, édité en août 2021, fait état de 1,2 million de ménages victimes d’une fraude à la carte bancaire. Somme dérobée : 473 millions d’euros en 2020.

Voici le nouveau mode opératoire dont vous devez vous méfier.

Arnaque à la carte bancaire : les aigrefins vous piègent via le numéro de votre banque

Ils vous contactent avec un numéro qui peut parfois être identique à celui de votre banque, en se faisant passer pour vos conseillers bancaires.

Pour installer un climat de confiance, ils vous informent que des opérations frauduleuses ont été repérées sur votre compte. Ils vous invitent dès lors à vérifier que vous en êtes bien toujours en possession de votre carte bancaire. Pour mettre un terme aux fausses transactions frauduleuses en cours, les voleurs vous demandent ensuite de valider la procédure via un SMS et votre application bancaire sécurisée (Sécur’pass, Sécuripass …) sur laquelle un code secret doit être rentré manuellement ou via une empreinte.

Or, en réalité, les escrocs effectuent un achat en ligne et vous incite à accepter le paiement avec le SMS et l’application. Ces confirmations de paiement sont possibles, car ces malfaiteurs ont au préalable acheté vos coordonnées bancaires sur le dark web. Ainsi, après validation, les sommes sont débitées sur les comptes bancaires des victimes.

Pour ne pas voir fondre votre bourse, ne validez jamais ce type d’opérations par téléphone.

ARNAQUES A RETENIR

Veuillez bien retenir que toutes les arnaques listé ci-dessus et inclus dans le tableau ci-dessous, dont pour votre sécurité et la sécurité des autres nous mettons en garde de ne pas répondre aux appels ou aux e-mail reçu.

Publié le 16 Décembre 2021 - Mise à jour le 17 Décembre 2021